archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Avril 2016

Le dossier Régénération se poursuit avec les réflexions et les œuvres de Jean-François Côté, Slobodan Radosavljevic, Fabien Zocco, Mariza Rosales, Serge Olivier Fokoua, Pierre Ouellet, Christine Palmiéri et Mariana Castellanos, qui en fait une synthèse.
Notons que la plupart des photos prises lors de ces événements sont de Martin Savoie.

Enrico Pitozzi s’entretient cette fois avec Scott Gibbons, compositeur de musique electroacoustique régénératrice qui travaille à partir de sons naturels comme ceux du vent et des pierres qui s’entrechoquent.

 

 

Sonder l’umwelt digital

Fabien Zocco

A travers l’évocation de différentes modalités selon lesquelles la technologie peut machiner la perception du monde, le présent article considérera plus particulièrement l’impact des réseaux numériques sur notre appréhension du temps et de l’espace. Le projet From the sky to the earth pourra illustrer une démarche artistique visant précisément à sonder cet umwelt (terme définissant ce qui constitue notre univers sensoriel) remodelé désormais par les technologies digitales. [suite...]

 

De l’ordre dans le chaos de la narco-violence ;
             art, media et stratégies de sens

Mariza Rosales Argonza

Les liens entre la société et le territoire sont dynamiques et réagissent à des réalités concrètes. La violence, qui dérive du narcotrafic, génère des processus physiques et symboliques complexes et des dynamiques de déterritorialisation tel qu’entendues par Felix Guattari et Gilles Deleuze qui démontrent comment se réalise la perte du lien avec le territoire physique ou symbolique. Les arts visuels peuvent contribuer à rétablir les connections entre la société et des lieux critiques à partir d’œuvres qui offrent des stratégies de sens favorisant une régénération sociale, en proposant un regard plus large et plus humain en situation de crise. Ainsi émergent des pratiques culturelles qui visent la « reterritorialisation », autrement dit, la réappropriation d’un espace réel et symbolique qui rend possible tout esprit critique et empathique apte à faire face à la violence. [suite...]

 

 

L’écologie de l’art

Pierre Ouellet

J’évoque dans cette réflexion la manière dont l’eikon ou l’eidolon (l’icône ou l’idole), en quoi consiste toute œuvre d’art, participent d’un oikos ou d’un milieu dans lequel le nomos et le logos, soit la loi et la parole, la gestion et l’expression, la maintenance et la manifestation de notre « monde » sont étroitement accordés, au sens musical du terme, même quand on a affaire à des dissonances, à un tintamarre, à un brouhaha. Je montre comment les formes symboliques de l’économie et de l’écologie profondes de notre Temps, en jeu dans les pratiques artistiques d’aujourd’hui, et notamment dans l’art innu qu’on trouve au nord-est du Québec, entre Mashteuiatsh et Betsiamites, donnent lieu à une autre vision de la « Maison-Monde », comme disent les Premières nations, où les règles et les habitudes d’échange (économiques) sont celles mêmes dans lesquelles notre milieu ou notre habitat (écologiques) nous parlent ou se manifestent, dans une « langue » ou un logos que l’œuvre d’art a pour mission de faire entendre, de répercuter, de réverbérer, sa fonction n’étant pas de représenter la Nature, comme on l’a longtemps cru dans l’Occident européen, mais d’en transmettre l’énergie, la force ou la puissance, d’en emprunter le souffle et de l’insuffler à son tour afin de perpétuer la « vie » dont elle s’inspire en une nouvelle respiration qui nous inspire et nous donne ou redonne vie, fondement premier du cycle par lequel oikologos (écologie) et oikonomos (économie) communient, se recyclant l’un dans l’autre plutôt qu’ils ne s’opposent l’un à l’autre. [suite...]

 

GRAVE / 9 octobre 2015 / Photo Martin Savoie GRAVE / 9 octobre 2015 / Photo Martin Savoie GRAVE / 9 octobre 2015 / Photo Martin Savoie GRAVE / 9 octobre 2015 / Photo Martin Savoie GRAVE / 9 octobre 2015 / Photo Martin Savoie GRAVE / 9 octobre 2015 / Photo Martin Savoie Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Martin Savoie Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Martin Savoie Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Martin Savoie Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Martin Savoie Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Martin Savoie Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Martin Savoie Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Martin Savoie Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Martin Savoie Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Prisca Soli Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Prisca Soli Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Prisca Soli Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet Galerie R3 / 8 octobre 2015 / Photo Philippe Boissonnet

 

Bioart :
   acte écosophique, acte bleu

Christine Palmiéri

Que se soit le concept d’économie bleue de Gunter Pauli ou celui d’écosophie de Felix Guattari qui voit dans le processus de « régénération » la solution en acte aux problèmes écologiques, ce qui m’interpelle c’est le mot « acte » et l’adjectif « bleue ». Le bleu renvoi aux éléments naturels, l’eau, la mer et le ciel et l’acte, aux gestes apportés pour la préservation et la régénérescence de ces éléments. En ce qui a trait aux productions artistiques, je contracterai les deux en parlant d’« acte bleu » ou encore du « vivant ». Les productions du vivant (bio art ou art biotech), dont je vais cerner les grandes lignes, utilisent des technologies actuelles comme la robotiques, l’électronique, le numériques, etc… en vue de préserver ce vivant, de l’améliorer ou de le reproduire ou de lui donner des moyens se reproduire comme dans le principe de l’économie bleue. [suite...]

 

L’acte artistique face à l’écueil écologique

Mariana Castellanos

L’évènement Régénération : pour une écosophie de l’acte artistique, qui a eut lieu à la galerie R3 et au Centre GRAVE avait pour objectif de situer l’acte artistique au cœur des contributions sociales, culturelles et philosophiques. Une douzaine d’artistes et de chercheurs ont échangé leurs réflexions et présenter leurs travaux afin de repenser l’avenir du monde. Nous tenterons ici de répondre aux interrogations soulevées lors des conférences : l’art nous permettra-t-il de sauver le monde ? Ou, nous aidera-t-il, seulement, à aller vers le chaos « en chantant » tel qu’un conférencier l’a suggéré ironiquement. [suite...]

 


 

Extended perception

The matter of things:
      the organic dimension of the sound

A conversation with Scott Gibbons

Enrico Pitozzi

Scott Gibbons has been composing electronic and electro-acoustic music for more than 25 years, with a two-fold exploration into the possibilities of natural acoustic sound on the one hand, and those of audio technology on the other. Although he is a seminal and influential composer of Dark Ambient and micromusic, his work is not so easily pigeonholed. His compositions demonstrate an acute balance between delicacy and physicality, often focusing around frequencies that are at the outermost limits of human hearing, and embracing quietness as a central element. A series of early releases on the Sub Rosa label – based only on singular natural sound sources such as stones and wind – has received praise from all over the world and provided inspiration for many "single-source" artists in their wake. He has created many unique electronic instruments for use on stage and has earned a strong reputation for his live performances. He converses here with Enrico Pitozzi about the organic dimension of the sound present in all his works.[suite...]

 

 

Rédactrice : Christine Palmiéri
Webmestre : Boris Est

 

 





 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier  d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM),  de la Faculté des arts de l'UQAM,  du GRAVE, ainsi qu'à une subvention, pour une  treizième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).

Facebook